Table

Restaurant TableSur la toile, les réseaux sociaux ou les forums, il n’est pas rare de lire autour des sujets gourmands que les chroniqueurs gastronomiques ne savent pas se faire cuire un œuf. Un poncif mis à mal depuis que Bruno Verjus, auteur, chroniqueur sur France Culture et blogueur a ouvert son restaurant, en lieu et place des Banquettes qu’il a retapé en s’appuyant sur la brique, l’ardoise et l’acier. La cuisine ? Elle est au cœur du restaurant et nombreux sont ceux qui prennent place au comptoir pour être au plus près de l’action. L’homme de goût se tient derrière, surveillant la cuisson d’un ananas bouteille du Bénin qui rôti depuis deux heures tout en découpant une généreuse tranche de terrine de lapin qu’il sert avec une salade de roquette. Simpliste diront certains. Certes mais le point fort de cette carte courte (2 entrées, 2 plats et 2 desserts), c’est la recherche du produit exceptionnel. Les noms des fournisseurs ne sont pas tous affichés mais on sait qu’ils sortent des sentiers battus et du traditionnel name-dropping car Bruno Verjus a pour lui, cette connaissance pointue du patrimoine agricole. Pour preuve, cette échine de porc rôtie entière servie avec une purée de carottes orange et safran ou ces rougets de l’île d’Yeu cuits en filets à la plancha sur du papier sulfurisé et escortés de quelques asperges sauvages.

Table. 3, rue de Prague. 75012 Paris. Tél. : 01 43 43 12 26. Carte : 60 €. Fermé le samedi et le dimanche. M° : Ledru-Rollin.

Cette entrée a été publiée dans Paris, Paris 12e, Restaurants. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Table

  1. Gusto Malo dit :

    Produits d’excellence mais 60 € pour de l’ananas et de l’échine de porc purée non mais allo quoi

  2. J’ai beaucoup entendu parler de cette « Table » mais le fait qu’elle ait été ouverte par un critique a tendance à fausser les maintes éloges lues sur cet établissement. D’ailleurs je n’ai lu que ça.

    Qui plus est, je trouve les prix prohibitifs: 60€ pour des produits certes de qualité indéniable mais qui restent « nobles » dans un quartier assez populaire, c’est un peu (trop) scandaleux.

    Bref, ça me penser à « la table pour les copains » et argentés du coin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>